- Séminaire Valorisation 2017 - Entretien avec un(e) participant(e) : Jeanne Volatron



- Comment avez-vous découvert ce séminaire ?

C’est M.Jean-Baptiste Marie qui m’en avait parlé il y a deux ans quand il l’a fait. Depuis il a créé sa start-up, Abbelight.

- Quelles étaient vos attentes ?

Mes attentes n’étaient pas très poussées sachant que j’arrivais en tant que novice. Je ne connaissais rien du tout du milieu entrepreneurial. Le vocabulaire était déjà un obstacle. Le premier jour je me suis dit, en parlant avec les autres participants, que j’avais du retard. Je souhaitais donc avoir une vision globale du milieu, acquérir les bases.

- Est-ce que ce séminaire a pu combler vos attentes ?

Le séminaire a même modifié mes possibilités, mes opportunités après la thèse. Quand on est dans le milieu académique, nous avons le schéma classique, post-doc puis concours CNRS ou maître de conférences. Ça me plaisait mais la concurrence est rude et il y a peu de postes. C’est une nouvelle opportunité qui s’offre à moi.

- Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai fait le magistère de physico-chimie moléculaire de l’Université Paris-Sud en partenariat avec l’ENS Cachan. Ensuite j’ai fait un Master 2 de physico-chimie des matériaux à Paris VI. À l’issue de ce master j’ai fait un stage dans le laboratoire Matière et Systèmes Complexes (Université Paris Diderot) où je suis actuellement en thèse.

- Comment définiriez-vous l’approche du formateur Eric Langrognet ?

Il s’adapte beaucoup. Notre promotion était très hétérogène et il est parvenu à s’adapter au niveau de tout le monde. Mon appréhension au début de ce séminaire était de rentrer tout de suite dans le très complexe. C’est une première idée du monde entrepreneurial, une familiarisation. Les interventions sont également importantes. Le fait de faire intervenir différentes personnes à différents stades de maturation et notamment Jean-Baptiste Marie et Jérémy Cramer (co-fondateur de l’entreprise Cherry Biotech) apporte beaucoup. Nous avons rencontré des évolutions différentes avec également des objectifs de start-ups différents.

- Est-ce que vous avez évolué dans vos envies depuis le début du séminaire ?

J’ai l’impression d’avoir découvert un univers qui me plaît. Le fait d’avoir vu Jean-Baptiste que je côtoyais déjà il y a quelques années et son évolution ainsi que sa réussite me donne encore davantage envie de me lancer dans l’aventure. Ce qui ressortait également des interventions c’est que les « startupers » ne s’ennuient pas du tout, ils sont très polyvalents. Ce qui correspond bien à mon profil.