- Séminaire Valorisation 2017 - Entretien avec un(e) participant(e) : Anaïs Lehoux

- Comment avez-vous connu ce séminaire ?

Je travaille en tant qu’ingénieure de recherche dans un laboratoire (INSP) impliqué dans la communauté C’Nano avec Olivier Pluchery, en collaboration avec Hynd Remita (LCP) qui est mon ancienne directrice de thèse. Elle a fait cette formation l’année dernière et c’est elle qui m’a recommandé ce séminaire. En plus comme nous comptons monter une start-up, c’était vraiment adapté à nos besoins.


- Vous évoquez la start-up que vous souhaitez créer. À quel état d’avancement vous situez-vous ?

L’histoire a commencé il y a plusieurs années. Ma directrice de thèse et deux autres laboratoires ont déposé un brevet. Ils se sont rendus compte que c’était dommage de le laisser dans les tiroirs et que c’était intéressant de le valoriser et d’en faire une start-up. Un financement a été trouvé grâce à la SATT Lutech. Quant à moi, j’ai fait ma thèse avec Mme.Remita puis je suis partie en post-doctorat et suis revenue quand ils lançaient la start-up et avaient le financement pour la maturation. J’arrive comme ingénieure de recherche dans la start-up, au moment idéal pour la lancer et y mettre de l’énergie.

- Quel sera votre rôle exact ?

Avant la formation, je voyais mon rôle uniquement comme un soutien technologique. Après le séminaire, je vois mon rôle évoluer complètement et prends conscience que nous ne devons pas commencer par cela. Je vois toutes les possibilités et tous les axes que je dois travailler pour lancer la start-up. Il ne suffit pas d’avoir un bon produit pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Ce séminaire permet de corriger les mauvaises postures que nous avions dès le début.

- En débutant ce séminaire, de quelles connaissances disposiez-vous sur l’univers entrepreneurial ?

On côtoie tous de près ou de loin des start-ups mais nous n’avons pas les clés pour aborder cet univers. En tant que scientifique, je me rends compte qu’on est complètement démunis face au monde de l’entreprenariat. Si je n’avais pas eu cette formation, nous ne serions pas allés dans la bonne direction, ça corrige radicalement l’orientation que nous allons avoir dans les prochains mois voire les prochaines années.

- Y a-t-il des interventions qui vous ont marquée davantage que d’autres dans ce changement de cap ?

L’approche du formateur Eric Langrognet qui nous suit tout au long de la semaine dans sa globalité. Mais aussi toutes les interventions car nous avons face à nous tous les stades de maturité des start-ups. L’aspect financier est également abordé avec les investisseurs. C’est un aspect que nous n’aurions pas forcément pu creuser par nous-mêmes. Le fait d’échanger avec un investisseur est un gros atout pour nous.

- Quelles sont les prochaines étapes pour vous et votre entreprise ?

Nous allons nous orienter vers le client, ce que cherche le client avant de développer notre technologie en fait. Il ne faut pas avoir une technologie finie pour aller voir le client et se rendre compte que ce n’est pas du tout ça qu’il attendait même si c’est très beau. Si ce n’est pas adapté à ce qu’il cherche, il ne l’achètera jamais.

- Si vous deviez résumer cette formation …

Les clés pour comprendre le monde de l’entreprenariat, les erreurs à ne pas faire et les étapes importantes du processus de création et de gestion d’une start-up.