Prix de l’image scientifique DIM Nano-K 2015

Dans le cadre de l’Année internationale de la Lumière, le DIM Nano-K a organisé son premier Prix de l’image scientifique. Ouvert à l’ensemble des membres des équipes du réseau, il est consacré aux images réalisées dans les domaines des nanosciences et des atomes froids autour de la thématique de La Lumière.

A ce titre, deux catégories ont été mises en place : Lumière sur les nanosciences et les atomes froids et Mise en lumière des hommes et des femmes qui font la science.
Ainsi, un jury composé de membres du réseau du DIM Nano-K et de personnalités extérieures s’est réuni le 11 mars dernier afin de primer les lauréats des deux catégories et de décerner un prix spécial "Coup de coeur du jury".

Lauréats

Catégorie : Coup de coeur du jury

JPEG - 12 Mo

David PORTEHAULT (chercheur au LCMCP)
Fibres colorées à effet mémoire
Ces fibres micrométriques, observées au microscope en couleurs réelles, sont constituées de nanoparticules organisées les unes par rapport aux autres. Cet assemblage hiérarchique, impliquant un ordre à différentes échelles, confère aux fibres des propriétés conductrices étonnantes puisqu’elles présentent un effet mémoire : plus elles sont utilisées, plus elles deviennent conductrices et transmettent rapidement l’information, à l’image de réseaux neuronaux. De plus, leur coloration intense en fait des matériaux d’intérêt pour la conversion de l’énergie solaire en électricité. Ces fibres peuvent être tissées et ouvrent la voie à des textiles intelligents, à de nouveaux modes de stockage et transfert de l’information, ainsi qu’à de nouveaux dispositifs de conversion de l’énergie.

Catégorie : Lumière sur les nanosciences et les atomes froids

JPEG - 1.2 Mo

Razvigor OSSIKOVSKI (Professeur associé au LPICM)
La lumière à l’exploration du nanomonde
La photographie représente la réflexion d’un faisceau laser sur une pointe fine, elle-même positionnée sur l’échantillon à étudier. Le rôle de la pointe est d’amplifier l’effet du faisceau laser sondant l’échantillon afin d’assurer sa caractérisation physico-chimique avec une précision et une sensibilité extrêmes. Grâce à cette technique expérimentale, appelée ‘spectroscopie Raman exaltée de pointe‘ ou, plus simplement, ‘nano-Raman’, il est possible d’étudier des nanoobjets, tels que les nanotubes de carbone, de même que nanostructures semiconductrices à la base de l’électronique moderne (informatique, téléphonie, etc.). Les dimensions typiques des objets appartenant à ce ‘nanomonde’ sont de l’ordre de quelques nanomètres à peine, c.-à-d. dix-mille fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu. Dans sa version sous ultra-vide, la technique du nano-Raman est même capable de visualiser des molécules uniques.

Catégorie : Mise en lumière des hommes et des femmes qui font la science

JPEG - 2.2 Mo

Sébastien Laurent (doctorant au LKB)
Le nouvel homme des cavernes
L’homme des cavernes moderne est bien différent de celui d’antan. Dans la pénombre de sa cave, éclairé par les mille et uns éclats des lasers et écrans qui composent la pièce, il ne s’applique non pas à peindre sa dernière chasse mais à freiner le mouvement. Celui de milliers d’atomes qui lévitent dans le vide. En jouant avec le clair et l’obscur, il stoppe petit à petit les mouvements microscopiques de cette assemblée jusqu’à ce que sa température ne soit plus que de quelques milliardièmes de degrés au dessus du zéro absolu. Paradoxalement, c’est avec des grains de lumière qu’il réussit cela, non pas ceux du soleil mais ceux issus de plusieurs faisceaux lasers aux caractéristiques bien choisies.
Le feu, l’eau, la glace, le nouvel homme des cavernes croit connaître cela sur le bout des doigts. La condensation de Bose-Einstein, la supraconductivité, la superfluidité, il comprend cela moins bien et veut en connaître toutes les facettes. Ses atomes ultra-froids apprivoisés dans une cage de lumière lui permettent de réaliser ces nouvelles phases de la matière et de jouer avec elles sans fin.

Jury

Claude DOUMET-PINCET
(Direction des expositions-Cité des sciences et de l’industrie)
Catherine BALLADUR
(Directrice CNRS Images)
Pierre BARTHELEMY
(Blogueur scientifique - Blog Passeur des Sciences)
Corinne CHANEAC
(Directrice du C’Nano IdF)
Catherine DEMATTEIS
(Responsable de la communication - CNRS Institut de Physique)
Noel DIMARCQ
(SYRTE (UMR8630) - Chargé de mission de l’INP )
Saida GUELLATI
(Chercheuse au LKB-CNAM-SFO)
Michèle LEDUC
(Directrice de l’IFRAF)
Sylvie ROUSSET
(Directrice du DIM Nano-K)
+ Les chercheurs et membres de la cellule Diffusion du Savoir du DIM Nano-K
Daniel BLOCH (LPL), Maria CHAMARRO (INSP), Jean-Marc FRIGERIO (INSP), Olivier PLUCHERY (INSP), Hynd REMITA (LCP), Vincent RONCIN (LPN), Delphine SCHAMING (ITODYS).

Nous remercions tous les participants de cette première édition du Prix de l’image scientifique.